L’histoire d’Agrip

Reprise de l’Atelier Mécanique de Lignières par Maurice Duprat

A 22 ans, Maurice Duprat, ouvrier mécanicien depuis quelques années au sein de l’Atelier, s’entoure d’un employé et de deux apprentis, pour continuer l’activité d’entretien de machines à vapeur pour l’agriculture et l’industrie.

De la machine à vapeur au moteur diesel…

Progressivement, à partir de 1936, Maurice Duprat diversifie son activité en proposant la transformation des tracteurs à essence de différentes marques vers le diesel.

L’importance du moteur diesel pour le machinisme agricole

Après les difficultés de la guerre, Maurice Duprat comprit que le diesel était la motorisation d’avenir pour les tracteurs agricoles et il fera ses premiers essais en implantant un moteur CLM sur un tracteur McCormick Deering à roues en fer.

Une affaire de famille

Pour contourner les contraintes liées à l’adaptation de moteurs à des tracteurs existants, Maurice Duprat commence à réfléchir à la création de son propre tracteur.

Roger Duprat, le frère de Maurice, qui a également ouvert un atelier de mécanique à proximité de Lignières, participera activement à la création des premiers tracteurs Agrip, et dessinera notamment le premier logo de la marque.

La naissance du premier tracteur Agrip

L’Agrip ARD 15, qui est présenté au salon de paris de 1950, est le fruits de ces années de recherches et intègre des innovations majeures : suspension 3 points et 4 roues motrices et directrices.

Ces innovations font l’obget d’un dépôt de brevet d’invention le 9 août 1950.

Le succès et le développement d’Agrip

A partir de la sortie de l’ARD15 et au cours de la décénnie des années 1950, la gamme de tracteurs s’étoffe : ARD15, ARD20, ARD30, ARD40…

Le succès est au rendez-vous et les commandes s’enchaînent. Agrip est désormais distribué par la Somater. L’entreprise s’agrandit et passe à 25 personnes.

Developpement de la gamme et diversification des applications

Le génie de Maurice Duprat aura été d’intégrer toutes les innovations technologiques dans ses tracteurs.

Malgré une production de petite série, il déclinera ses modèles depuis l’agricole, vers le viticole, le forestier puis les applications industrielles : porte-outils pour les travaux publics (chargeuse, niveleuse, chasse-neige…), pousseur de wagons, pose-poteaux, tireurs de lignes à haute tension…

Les prémices de l’utilisation de l’hydraulique

A partir de 1960, l’hydraulique fait son apparition dans certains modèles équipés de chargeurs.

Agrip au Pôle Sud

Avec le succès commercial, les tracteurs Agrip se vendent dans plusieurs pays à travers le monde et une chargeuse pelleteuse MJD700 se retrouve même en Terre Adélie avec la mission Paul-Emile Victor.

Puissance et développement forestier

A partir du milieu des années 60, la puissance des moteurs augmente et le fleuron de la marque voit le jour : l’ARD60 de 75 cv.

Moins concurrencée que sur l’agricole, c’est la version forestière qui est majoritairement produite, et qui rencontre un grand succès du fait de sa grande efficacité avec son treuil et sa bêche d’ancrage.

Une croissance qui s’accélère

Durant les années 60, l’entreprise passe de 50 ouvriers en 1961 à 96 en 1967.

La gamme s’étoffe et les ventes se développement à l’international : Roumanie, Tunisie, Kenya, Cuba…

Décès de Jacques Duprat 

L’année 1967 est marquée par la disparition de Jacques Duprat, le fils de Maurice Duprat, à l’âge de 36 ans.

Avec lui disparaît également la perspective de transmission de l’entreprise, concentrant le poids des responsabilités sur les époux Duprat, à un moment où l’entreprise est en plein essor et nécessiterait d’être davantage structurée.

Débusqueurs et engins tireurs de lignes

Les années 70 voient la concentration du développement sur deux types d’engins, l’un forestier et l’autre industriel.

Les débusqueurs et porteurs Agrip deviennent la référence du monde forestier, tandis que les engins tireurs de ligne à haute tension connaissent un francs succès auprès des prestataires d’EDF, comme à l’international.

Une nouvelle usine de 2000 m2

A la faveur d’une commande de 52 tracteurs pour le Kenya, Agrip investit dans une nouvelle usine de 2000 m2 à côté de son atelier historique, avec palans et chauffage au sol (révolutionnaire pour l’époque).

Crise de croissance et difficultés

Depuis les années 60, l’entreprise connaît une très forte croissance. Mais la structuration de l’entreprise ne suit pas : la direction et l’administration de la société restent concentrées entre les mains de Maurice Duprat et de son épouse, qui ont du mal à faire face mais refusent les propositions de leur concessionnaire pour passer à un nouveau stade d’industrialisation.

La confiance des banquiers et des fournisseurs disparaît devant le manque de perspectives et la crise de 1982 amène la faillite des époux Duprat et la mise en redressement judiciaire de la société.

La reprise d’Agrip par Friederich SA et la création de CEMET-AGRIP

Fournisseur de treuils forestiers, la société Friederich SA reprend Agrip en août 1982, puis la marque Cemet en décembre.

Le nom de Cemet-Agrip est adopté et la société se concentre sur la production de tracteurs forestiers, tout en important par ailleurs les tracteurs canadiens Tree Farmers.

La cession de Cemet-Agrip

Malgré une équipe de 65 salariés, Cemet-Agrip doit faire face à une concurrence accrue, qui amène Friederich SA à vendre la société au groupe finlandais Rauma Repola.

Le rachat de Timberjack et l’arrêt de la production de CEMET-AGRIP

Le groupe Rauma Repola rachète en 1989 le leader mondial du tracteur de débardage, le canadien Timberjack.

La nouvelle société FMG Timberjack France décide alors d’arrêter le site de production de Lignières, jugé inadapté aux ambitions du groupe.

La création d’Agrip Assistance

FMG Timberjack s’étant délocalisée à Grenoble, plus aucune production du groupe n’est plus réalisée en France.

A Lignières, les frères Bertrand et Jacques Personnat, avec quelques autres anciens employés d’Agrip, ré-ouvrent l’atelier historique pour assurer la maintenance et la rénovation des tracteurs et engins agricoles, forestiers et industriels d’Agrip et de Cemet-Agrip.

Dépôt de la marque AGRIP

En 1992, Jacques Personnat s’aperçoit que la marque Agrip n’a jamais été déposée…

FMG Timberjack ayant entre-temps été vendue à John Deere, la marque Agrip reste à Lignières, où les activités vont pouvoir se poursuivre suivant les demandes des clients.

Une nouvelle ambition pour Agrip

Depuis 2012, Patricia Perrochon et Daniel Odille, employés d’Agrip depuis plus de 25 ans, ont pris le relais de Jacques Personnat, avec une ambition forte : faire renaître l’activité de constructeur d’Agrip !

Agrip est désormais tournée vers l’avenir, et la suite de son histoire s’écrit au quotidien…

Le Livre sur l'histoire d'Agrip

Livre relié de 160 pages illustrées

A commander en ligne et livré par la Poste

Agrip SAS

Téléphone

+(33) 2 48 60 03 00

E-mail

contact@agrip.pro

Adresse

29 route d’Issoudun
Z.I. Maurice Duprat
18160 Lignières
France